Un grand nombre de femmes ont fait le déplacement. Elles demeurent loyales au président Caïd Essebsi qui a ouvert un débat avant-gardiste dans la région arabo-musulmane en soutenant une réforme législative visant à instaurer l’égalité successorale et en abolissant l’interdiction aux femmes tunisiennes d’épouser des non-musulmans.