Plutôt, ce nom, pas besoin que je l’invente. C’est le nom qui décrit la cohérence de tous tes actes dans cette affaire. Des actes mesquins qui puent le paternalisme et l’autoritarisme. De ton communiqué qui t’accuse au lieu de t’excuser. De la disproportion de ta réponse à des paroles qui ne t’étaient même pas directement adressées mais que ta fragilité a interprétées comme une menace à ta position… De ta chaire académique que tu as transformée en panoptique pour surveiller et punir… Bref, de ta bêtise.