Manifestion du 14 Janvier à Tunis

D’abord je suis tunisienne et j’ai décidé de briser le silence et d’écrire sur ce blog que je découvre via FB. Une amie m ‘a dit on a besoin de quelqu’un comme vous pour nous sauver d’une autre dictature !! elle m’a suppliée de commencer cette marche vers la liberté que beaucoup de femmes attendent et rêvent de suivre et des hommes aussi.. Je lui ai répondu que j’ai une mauvaise langue et si je brise le silence, je vais briser un grand tabou, je vais réveiller le monstre qui dort dans chaque lit d’une famille tunisienne et par delà dans le monde entier que sais-je???

Un jour, une collègue d’origine française, mariée à un tunisien et qui travaille comme professeur de français dans les lycées tunisiens, m’ a raconté une anecdote comme suit: je cite ” j’ai donné à mes élèves un sujet sur le rôle de la femme dans la société, et la réponse était bizarre après tant de textes étudiés sur le thème , c’était selon la majorité *SEXER dans la chambre / CHLAKER dans la maison*” fin de citation.. La pauvre était française, elle a demandé c ‘est quoi chlaker?? la réponse était faire le ménage!! Donc je peux affirmer, moi femme tunisienne et d’une culture sociale assez variée, que j’ai entendu la même idée des millions de fois dans toutes les régions de Tunis et dans toutes les couches sociales des plus riches aux plus pauvres et des plus intellectuels aux plus ignorants: masquée ,déclarée, bafouée,criée , balbutiée, maquillée, cette idée est bien ancrée dans la mentalité tunisienne. a titre d’exemple, malgré les statistiques qui confirment que la femme tunisienne est une bonne conductrice selon le bilan des accidents de la route, un homme dès qu’il est gênée par une conductrice la première chose qu’il crie “espèce de pute!! connasse !! rentre chez toi et fais la vaisselle!!”…

Moi ,à mon volant j’ai entendu cette insulte n fois , comme piétonne aussi , un conducteur m’a arrêtée un jour après m’avoir bloqué le chemin pour me draguer, j’ai protesté en lui en qualifiant son acte de honteux, en expliquant bêtement que c’est mon droit de marcher au bord de la route sans être draguée par les hommes ni les voitures , il m a répondu: “espèce de pute pourquoi tu marches dans la rue ? rentre chez toi et fais la vaisselle !!” apparemment j’ai perdu son temps le con!! car il me drague depuis un bon quart d’heure … Bref, ce qui m’a arrêtée cette fois c’est la question “pourquoi tu marches dans la rue?” A ce point? On est un bien publique? On nous roule dessus comme les routes? Je crois que pour ce premier artcile je vais m’arrêter ici; si le sujet est intéressant, je continue car depuis 20 ans j’écris et je publie pas, si vous trouvez que mon sujet est banal devant la révolution de Sidi Bouzid , je me retire la mort à l’âme….. car ces mêmes hommes qui ont fait cette belle révolution continuent à cracher sur la femme qui les a engendrés et qui les a soutenus et les a pleurés… cet “espèce de pute!” est à mon avis la dictature de la femme tunisienne si on ne libère pas la femme de cette étiquette je ne vois pas la Tunisie de demain avec un peuple moitié “libre” et moitié putes et désolée.