Pr Dr M. Necibi.

On parle tout le temps des « restes » de l’ancien régime. En fait il est clair que l’ancien régime, et même le pré-ancien régime (En fait ils n’ont fait et font toujours qu’un), sont les seuls qui « restent » pesant si lourd sur la poitrine du peuple Tunisien qu’on arrivera à un jour où on ne pourra que chuchoter « les restes des révolutionnaires ou de la révolution Tunisienne ». J’ai bien peur qu’on arrive à un tel point où l’on ne parlera que de ces « intrus » qui prétendaient être des évolutionnaires.
Ce qui suit est un simple aperçu des « Néologismes Tunisiens » :

Néodémocrate : Je suis pacifique et je suis partisan de démocratie, ça n’empêche que je te casserai la gueule si tu penses m’interrompre même si t’as l’attention de me soutenir.

Néolibéralisme : Je suis libre d’organiser des manifestations pour proclamer n’importe quoi. Je suis libre de mettre le feu à tout ce qui ne me plait pas. Je suis libre de vouloir prendre tout ce qui ne m’appartient pas. Peu importe les conséquences, l’essentiel est que je puisse, après avoir semé la zizanie, s’assoir au café du coin, déguster un bon thé Tunisien et digérer mes exploits. Au diable le boulot, au diable mes devoirs et droits et que Dieu me préserve des manifestations antagonistes, quoique je peux très bien m’adapter à tout antagonisme. L’anarchie absolue est la base solide de toute économie.

Néoislamisme : Taisez-vous ignorants et athées, je suis le seul croyant, je suis le seul à connaître Dieu et la religion Islamique, je suis votre sauveur et « salvateur ». Que Dieu me bénisse et me donne la force pour lutter contre tous ces satanés qui m’entourent.

Néotunisisme : Tout est permis. Révolution menée par tous les Tunisiens, contre tous des Tunisiens, au profit de tous les Tunisiens.
Futurisme Tunisien : Rouler à toute vitesse pour se faire écraser la gueule en toute souplesse.

C’est ce qui m’a poussé à me poser la question : « Restes de l’ancien régime » ou « Restes de la révolution » ?

Je n’ai guère l’intention de me faire passer pour un idéaliste ou pour quelqu’un qui parle au nom du peuple, mais je voudrais seulement qu’on puisse féliciter les victimes de l’ancien régime pour leur sang froid, surtout « les morts ». D’expliquer aux opportunistes ce qu’est l’autodestruction. Enfin que quelqu’un puisse m’expliquer comment on arrivera a maitriser l’art de savoir écouter, réfléchir et analyser, prévoir les conséquences et enfin passer a l’action. Ce que je viens de citer en dernier émane des événements provoqués par les propos de certains « protecteurs » de la révolution, ces sans scrupules, qui après avoir gagné la confiance du peuple, essayent de le manipuler (avec ou sans intention) et de le reconduire a l’anarchie. D’ailleurs l’idée des protecteurs de la révolution m’a toujours intrigué. Pourquoi aurait-on besoin de protecteurs ? Y-t-il tant de traîtres parmi notre peuple ?

Enfin, Je ne pense pas que le peuple Tunisien, le fondateur de la révolution de la dignité, avait besoin des services d’un des anciens partisans de la tyrannie pour continuer son chemin et aller au devant de ses acquis. D’ailleurs, ce « grand sage » prend les jeunes tunisiens pour des gamins qui n’ont aucun savoir de leur acquis, leur liberté, et qu’il leur faut un « homme bien plus âgé et plus expérimenté » pour leur montrer comment « profiter » de leur nouveau jouet (leur liberté).

Alors que la révolution continue, on est bien loin d’être libres, on ne s’est même pas libérés de notre égoïsme.