Les infos télévisées,et encore plus de destructions en Libye.Un rebelle libyen, avec la jambe en plâtre, tenant un fusil, et incapable de courir normalement, fuit les chars de Gaddafi en boitant.Cette scène n’était pas la première du genre déjà,et ne sera probablement pas la dernière. Lorsqu’ on voit ça on ne peut s’empêcher d’ être empli d’admiration et de respect face à tant de volonté et de courage : être blessé, mais continuer à se battre quand même.

Se battre jusqu’à la mort s’il le faut. Qui peut vaincre cette force-là ? Quand,dans l’ histoire, un peuple s’est soulevé sans aucun leader et s’est vu bombarder par des avion,parce qu’il a osé réclamer sa liberté ? Un peuple désarmé face à des troupes régulières et armées jusqu’au dent, sans que qui que ce soit vienne à son aide ? Car les forces de l’O.T.A.N ne sont pas là pour les libérer, ou pour les protéger réellement,mais juste pour limiter les dégâts. Ce qui explique pourquoi les chars de Gaddafi n’étaient pas inquiétés lorsqu’ils se sont dirigé vers Misrata et l’encercler, et pourquoi il a continué à importer toutes les armes qu’il voulait.

D’autre part, ils ont presque tous reconnu officiellement le conseil transitoire comme représentant légal unique, alors pourquoi refuser de les armer, puisque c’est légal ? Depuis quand le représentant légal d’un peuple ne peut pas s’armer librement ? Cette obstination à vouloir les garder désarmés n’est- elle pas dans le but de les garder sous leur contrôle total, et de mieux disposer de leur pétrole plus tard ?

Le miracle est que avec des armes dérisoires, les libyens ont tenu quand même, et libéré une grande partie de leur pays. Alors, il a fallu trouver autre chose pour faire pression sur eux : leur couper les vivres ; et voilà que la plupart de ces pays leur donne plus l’argent qu’on leur a promis.

S’ils ont compté sur l’usure du temps pour décourager les combattants de la liberté et les renvoyer chez eux, pour mieux diviser ou disposer du gâteau libyen, ils ont fait un faux calcul. La volonté de liberté pour le peuple libyen est entière,sinon plus forte. Ils voient tous maintenant qu’ils n’abandonneront pas, que leur liberté est plus importante que leur vie,et que cette leçon-là est une nouveauté pour l’occident ; car l’usure du temps n’a pas touché les libyens mais les forces de l’ O.T.A.N qui s’impatientent et qui commencent à tergiverser.

Quant aux pays arabes, mêmes les protecteurs de la dictature peu désireux de voir une troisième démocratie dans la région, ils ont le devoir et l’obligation morale devant Dieu, de venir en aide à leurs frères libyens. Si ceux qui se disent musulmans ne les aident pas, qui les aidera ? Surtout maintenant que la fin est proche, et que l’avenir politique du pays se précise, ils n’ont pas le droit de les abandonner à leur sort, entre deux feux. Quand comprendront-ils que la dictature est l’origine de tous les maux de la région, de l’injustice à la corruption ? Que même pour leur propre peuple, tout est une question de temps ?