Par Adel Ayachi,

En lisant quelques commentaires sur l’article « Tunisie : à la recherche d’une justice » j’ai comme l’impression que pas mal de gents sont en train de légitimiser le retour de l’RCD!!! Surtout ceux qui parlent de deux possibilités seulement : marcher avec les anciens RCDistes dissimulés dans quelques partis ou voter Ennahdha, faute de maturité!! Messieurs, je vous invite à fouiner dans l’histoire contemporaine, et spécialement l’accès des socialistes au pouvoir en France en 1981! C’était avec un gouvernement jeune, et personne de la droite n’a voulu prêté main forte aux initiés. D’où l’anecdote du ministère du “temps libre” créé par ces “novices”, mais par la suite ça a déclenché tout un mouvement culturel proche de la rue française. Après, on connaît très bien les succès de ce gouvernement et de Mitterrand, alors qu’à l’annonce des résultats, plein de français ont commencé à quitter leur pays en fuyant avec leurs capitaux!!

Maintenant c’est à nous de jouer, et de préparer notre avenir, en réfléchissant à voix haute et devant tout le monde, sur les réseaux sociaux ou dans des forums, ainsi que par l’intermédiaire des canaux médiatiques. Cette pensée sombre des deux solutions n’est que la preuve de l’absence de volonté pour le changement. C’est vrai que le changement est difficile, et même dur à être accepté, mais nous devons l’accepter et contribuer à venir à bout de nos espérances et objectifs.

Si nous les tunisiens qui n’avions rien à voir avec le monde politique pourris, et cherchons maintenant notre bien être et notre liberté, n’arrivons pas à préserver notre révolution, nous-mêmes, personne ne le fera à notre place. Surtout pas ceux qui n’ont pas mis le nez dehors avant le 14 janvier, et qui se sont élus eux-mêmes les “gardiens” de notre exploit historique. Donc si on ne préserve pas nous-mêmes nos acquis, ni les RCDistes, ni les Nahdhaouis ne vont le faire pour nous. A ce titre nous disposons seulement d’un peu plus que deux mois pour décider de notre avenir pourvu que ce n’est pas déjà trop tard…