B-caid-sebsi

Les dirigeants de Nida Tounes(=Rcd) sont les complices de la montée de l’extrémisme et de Nadha au pouvoir. Et chaque jour qui passe, le Rcd fait monter la popularité des partis religieux car ils font monter la haine dans les coeurs de la population tunisienne par la hausse mécanique de l’incroyance en une justice républicaine(protection des proches de Ben Ali et de grands complices).

Le silence sur les expressions “corruption”, “reddition des comptes” etc…en dit long sur les réelles motivations de la création du parti politique Nida Tounes.

Si le peuple ne croit plus en une justice républicaine, il se tourne automatiquement vers la justice radicale de Dieu donc le parti politique religieux Ennadha gagne. Les dirigeants de Nida Tounes le savent bien, pourvu que les Tunisiens oublient les dossiers de la grande mafia benaliste.

M. Essebsi et ses alliés savent d’avance qu’ils perdront les prochaines élections, quelque soit le bilan du parti religieux. Comment peuvent-ils gagner avec un discours creux face à 6000 mosquées, un discours religieux et populiste, un traumatisme profond de la mafia du rcd et AlJazeera ?

Les dirigeants de Nidaa Tounes (et non les militants) veulent juste assurer leurs arrières et les arrières de quelques soutiens du parti par une présence politique et médiatique. Il s’agit d’une forme d’une assurance politique et juridique au service d’une poignée de mafieux.

Ils font pourtant miroiter à leurs militants et soutiens, une probable reprise du pouvoir “démocrate à la Bourguiba et Ben Ali” sans réelle conviction dans leurs vrais calculs.

Personne ne peut oublier la raclée prise par ces “démocrates” lors des dernières élections malgré un marketing spectaculaire et intensif avec un soutien médiatique phénoménal.

Sans “la reddition des comptes”, la Tunisie se plonge vers l’obscurité. Avec Bourguiba, on n’a pas fait de reddition des comptes, la prédation et la corruption ont explosé.

Avec Ben Ali, on n’a pas fait de reddition des comptes, la prédation et la corruption vont exponentiellement s’intensifier et avantager la dictature religieuse.

Les arguments de “vengeance” ou de “réconciliation nationale” ou de “catastrophisme économique” sont des techniques psychologiques de communication pour éviter la reddition des comptes, tasser les problèmes et ayant pour conséquences l’augmentation du radicalisme religieux.

Moins on parle des années Ben Ali, plus on tarde à juger et plus l’extrémisme religieux augmente.

Une poignée de grands mafieux du Rcd ont pris en otage la laïcité et la démocratie à des fins purement de protection juridique et financière.

Qui sont les perdants ? Ce sont les “laïcs spontanés” et les vrais progressistes qui subissent les conséquences de cette stratégie de camouflage des véritables objectifs des dirigeants de l’ex-Rcd pour protéger une poignée de grands corrompus et de fraudeurs (mafia).

Ennadha observe ce jeu en se frottant les mains tout en profitant, à leur tour bien évidemment, des avantages légaux et illégaux du pouvoir puisque les dirigeants de ce parti sont assurés de l’inexistence d’une reddition des comptes et d’une justice républicaine.

Durant 60 ans, les dirigeants de l’ex-Rcd ont réussi ce coup de force: à faire croire qu’une personne progressiste (laïque) est une personne corrompue ayant fait allégeance à l’Occident ou à la grande mafia benaliste. Quelle ironie du sort ! Honte à M. Essebsi et tous les dirigeants du Rcd.

J’invite chaque Tunisien, quelque soit son opinion, à oeuvrer pour la paix sociale, c’est-à-dire par l’impulsion d’une reddition des comptes pour apaiser les coeurs et augmenter la croyance en une justice terrestre.

On se doit de faire démentir la fausse assertion insérée dans la tête de la majorité des Tunisiens par Bourguiba et Ben Ali durant un demi-siècle qu’un progressiste est un corrompu ayant vendu son âme à l’Occident.

Pour se faire, une rétrospective claire et nette du passé par des procès sans concession doit se réaliser ; sans quoi on va droit dans le mur, de mal en pis.

Tous les autres sujets d’actualité restent que des feux de paille, des faits divers et du gain de temps car on ne traite pas le vrai problème à la source.

Néjib Bilal,responsable de la communication de la page le14janvier287 000 fans Tunisiens.