Souffrant d’« anorexie mentale », Kerkouene Ghzaiel, jeune étudiante de 28 ans est maintenue en détention provisoire depuis hier. Anorexique et frêle comme elle est, elle aurait, selon ses accusateurs, violemment agressé un agent de sécurité !

Passant devant le procureur de la République aujourd’hui, celui-ci vient de prolonger sa détention malgré son état de santé.

Ayant contacté son avocat, celui-ci nous apprend qu’il n’a pas eu d’explications juridiques de la part du procureur de la République, justifiant le maintien en détention. Or, selon la famille, et notamment la sœur de Kerkouene, l’état de santé de cette dernière est particulièrement grave.

Outre les dispositions des articles 84 et 85 du Code de procédure pénale, qui font de la détention préventive une mesure exceptionnelle, et ne serait-ce que pour des raisons humanitaires, cette détention semble, en effet, une mesure manifestement disproportionnée pouvant avoir, selon sa famille et son avocat, des conséquences fatales pour la jeune étudiante.

Il est à signaler que les proches de Kerkouene affirment assumer le fait de pouvoir passer devant un tribunal afin de réfuter les accusations fallacieuses portées contre eux. Ce qu’ils regrettent profondément, tel que fort bien formulé par la sœur au sein de la présente vidéo, c’est, qu’aujourd’hui, l’on puisse encore priver quelqu’un de sa liberté sur la foi d’une simple accusation, sans avoir été définitivement condamné par un Tribunal.

Détention préventive