Locarno-2015-mise-au-point

Nous, cinéastes tunisiens invités par le festival de Locarno pour y défendre nos œuvres et nos projets, souhaitons communiquer ce qui suit :

1. Nous nous insurgeons, et continuerons de nous insurger, contre le partenariat entre le festival de Locarno et l’Israeli Film Fund dans le cadre de la « carte blanche » (rebaptisée « first look ») accordée à Israël par la direction du festival de Locarno. Un an à peine après les massacres de Gaza qui ont fait 2000 morts dont 500 enfants, il nous semble que le festival commet là une faute grave que nous ne saurions cautionner.

2. Nous avons donc, cinéastes et producteurs tunisiens, collectivement demandé au festival de Locarno de renoncer à tout financement public provenant de l’État d’Israël – d’autant que la nouvelle ministre de la culture israélienne a décidé dès sa nomination, et de manière scandaleuse, de couper les subventions aux artistes palestiniens et aux israéliens qui ne partagent pas sa vision. La direction du festival n’a pas donné suite à notre demande. Nous le regrettons vivement.

3. Face à ce refus, deux attitudes nous semblent possibles : l’une consiste à refuser la politique de la chaise vide et à continuer à protester à Locarno pendant la conférence de presse organisée par BDS Suisse également porteur de nos idées. L’autre, prenant acte du silence de la direction du festival, est d’en retirer purement et simplement nos films et nos projets comme le préconise BDS Tunisie. Il nous semble que ces deux positions sont politiquement responsables.

Les signataires :
Dorra Bouchoucha – Productrice
Raja Amari – Cinéastes
Mehdi Ben Attia – Cinéaste
Badi Chouka – Producteur
Imed Marzouk – Producteur
Fares Ladjimi – Producteur
Hinde Boujemaa – cinéaste
Mohamed Ben Attia – Cinéaste
Nadia Rais – Cinéaste
Nejib Belkadhi – Cinéaste
Lina Chaabane – Productrice