Du jazz, du reggae mais aussi de la musique électronique qui va de la house bien recherchée aux errances expérimentales et ses improbables aboutissements, divers registres musicaux s’invitent à cette sélection de petites perles enfouies d’artistes de la scène émergente tunisienne plus réconciliés que jamais avec les chants du terroir et les sonorités du Maghreb.

Omar Aloulou – Lime Song

Pour sa fraicheur mélodique et ses surprenants bouleversements rythmiques entrainants. Pour son éclectisme et sa désobéissance à la tendance générale voulant cloitrer les artistes de la musique électronique dans des sous-genres. Le clip de Lime Song a été mis en ligne le 07 juillet 2016. Après 100 Lieux Original Score, premier EP d’Omar Aloulou sorti en octobre 2010, l’artiste a entamé le projet Fëline dont le premier morceau Eye Story est sorti le 24 avril 2014.

Khaled Mrabet feat Kiko – LKUGI Dream

Pour la charge atmosphérique qu’il dégage sans altérer l’âme de la berceuse berbère qu’il remet au goût du jour. Pour le raffinement du choix de ses mélodies et les improbables structures rythmiques associées. Les délirantes nappes de murmures poussent l’excentrisme du morceau encore plus loin. Cet artiste-compositeur et DJ a sorti LKUGI Dream en juin 2016 et a mis en ligne une version longue en octobre dernier. En 2016, Khaled Mrabet a produit son premier album. Sa sortie est prévue pour 2017.

Jazz Oil – Lamma

Pour l’exceptionnelle complémentarité entre la guitare basse et le qanun. Pour sa capacité à puiser dans la richesse du groove jazzy tout en absorbant les généreuses mélodies arabes sans tomber dans l’orientalisme ambiant. Produit par Shouka et Quart de Lune, Lamma, extrait d’un album éponyme sorti le 25 mars 2016, est le couronnement du long périple du compositeur et bassiste Slim Abida qui porte ce projet depuis 2008. Il y est accompagné par Nidhal Jaoua au qanun, Marc Dupont à la batterie, Anthony Honnet au clavier et Amir Mhala au saxophone.

Punic Lions feat Halim – Bouheli

Pour la densité de leur musique et l’authenticité de leur son reggae. Pour leur capacité à trouver la juste harmonie entre l’ancrage dans la tradition reggae roots et les paroles bien fouillés dans l’argot tunisien. La musique fruit de cette collaboration entre le chanteur des remarquables Gultrah Sound System et les Punic Lions est d’une authenticité captivante. Les 814 BC, rebaptisés Punic Lions depuis leur come-back en 2016, ont sorti cinq morceaux cette année. Après Bouheli sorti le 22 janvier dernier, d’autres collaborations avec Halim Yousfi sont prévues.

Ghoula – Dawri

Pour l’arrangement subtil aux audacieuses et méticuleuses notes de piano. Pour sa capacité à allier chant traditionnel et musique contemporaine. Sorti le 21 janvier 2016 sous le label indépendant franco-tunisien Shouka, Dawri est à la fois d’une force et d’une discrétion mélodique saisissante. Un titre en rupture avec les autres morceaux très rythmés de Hlib El Ghoula, premier album de ce musicien multi-instrumentiste sorti en juin 2016. Le disque est une sorte de boite de sons mémorielle où rythmes, mélodies et chants du terroir nord-africain épousent les scratchs de Dj Gamra et les beats de la musique électronique.