En voilà un livre de photographies qui, comme par hasard objectif, ratisse large en ces temps de restriction des voyages. Devant la nécessité de se calfeutrer chez soi à zieuter par la fenêtre, il est bon de pouvoir promener son œil ailleurs. Or l’application des gestes barrières n’empêche pas les clichés d’En Tunisie de nous en mettre plein la vue. Ce livre, dont la première publication remonte à 1997, revient sur une volonté de revisiter le pays que Jellel Gasteli explorait en tous sens, pour réanimer ce que cette exploration avait laissé de « brûlé » une dizaine d’années plus tôt : nous sommes en 1979, au moment où le jeune photographe découvre ses clichées ratées et décide d’en renouveler l’exercice. Si elle témoigne d’un moment dans sa démarche documentaire, cette série ne tend pas moins à clouer sur place et visualiser un peu plus loin.