Un milieu urbain, n’est pas vivable sans un minimum de verdure. Or nos villes et villages en manquent cruellement. Si Tunis dispose de deux grands espaces verts, à savoir le Belvédère et le jardin Thameur, la plupart des autres villes ne disposent même pas de jardins dignes de ce nom. D’ailleurs, il est fréquent de voir des espaces communs se transformer, non en jardin, mais en dépotoir. Et ce sont souvent les habitants du quartier qui sont à l’origine de cette dérive. Pourtant, dans les conditions climatiques prévalant actuellement -et dans l’avenir-, les arbres revêtent une importance capitale. Ils assurent en effet un minimum de confort thermique pour les citadins ou ceux qui passent par la ville, notamment pendant la saison chaude (qui dure parfois plus de six mois dans certaines régions).