Mabrouka Mbarek

Mabrouka Mbarek

Mabrouka M'Barek est membre de l'Assemblée Nationlae Constituante tunisienne, représentant la diaspora dans les Amériques et en Europe. Originaire de Bir Ali Ben Khalifa, Mme M'Barek a étudié le droit et l'économie en France. Après une expérience professionnelle dans un cabinet d'audit elle s'investit dans l'humanitaire et plus particulièrement dans le développement de programmes humanitaires souverains, définis et gérés par des organismes locaux sans financement institutionel. Après la révolution tunisienne en 2011, elle a rejoint le parti de Moncef Marzouki, le Congrès pour la République, et a été élue à l'assemblée constituante le 23 Octobre 2011. Mme M'Barek est membre de la commission constitutionnelle chargée de rédiger le préambule et les principes fondamentaux de la nouvelle constitution. Elle est également membre de la commision finance et règlement intérieur. L'objectif principal de Mme M'Barek est de proposer des alternatives économiques dans l'intérêt du peuple et la priorité à l'économie nationale afin de préserver la souveraineté de la Tunisie. Elle a co-écrit et parrainé le projet de loi sur l'audit de la dette tunisienne, qui a été inspiré par l'expérience de l'Équateur et de la Norvège.

22 Jan 2014

L’article 62 n’est qu’un copier-coller bâclé d’une traduction de l’article 49 de la constitution française qui stipule que « les propositions et amendements formulés par les membres du Parlement ne sont pas recevables lorsque leur adoption aurait pour conséquence soit une diminution des ressources publiques, soit la création ou l’aggravation d’une charge publique. » Cette règle n’est pas transposable au contexte Tunisien dans lequel l’action de contrôle par le parlement de l’activité gouvernementale n’est qu’à ses débuts.