Thomas Léger

Journaliste indépendant, Tunis, Paris, Bruxelles.

19 Jun 2014

L’audience n’aura même pas duré une heure pour les inculpés comparaissant ce mardi 17 juin devant le tribunal de grande instance de Sidi Bouzid. Alors que le procès des quinze habitants de Hichria accusés d’avoir incendié le centre de la garde nationale est reporté au 7 juillet, le procès des douze jeunes de Menzel Bouzaiane est reporté sine die. Les actes de rébellion contre le régime de Ben Ali, comme dans ce procès, semblent s’inscrire dans une dynamique de harcèlement des mouvements révolutionnaires. Le traitement de ces affaires par l’appareil judiciaire est relativement opaque. Aux reports successifs des audiences prolongeant le statut inconfortable d’accusé, s’ajoute la multiplication des affaires qui rend leur suivi particulièrement compliqué. Retour explicatif sur les affaires de Menzel Bouzayane et de Hichria.