Vers 23h les salafistes sont revenus au Palais Abdellia. Ils ont crié des slogans contre les artistes en les traitant de mécréants … Entre minuit et minuit et demi ils ont été dispersés par la police qui surveillait les lieux. Mais vers 1 heure du matin ils ont pu finalement s’infiltrer au palais, ils ont tagué les murs et à l’intérieur ils ont lacéré une dizaine d’ouvres.” Telle a été la déclaration de Jérôme Benoit, l’un des responsables au Palais Abdellia.

"Mécréants, Ennahdha, les salafistes et Ettahrir sont frères"

Tout a commencé hier matin où deux salafistes et une femme au niqab sont venus avec un huissier de justice pour voir les œuvres au Palais Abdellia qui seraient selon eux « blasphématoires et contraires aux bonnes mœurs ». Ils ont demandé aux responsables d’enlever quelques tableaux, chose que les organisateurs, galeristes et artistes ont refusé de faire. Ils ont donc promis de revenir vers 18h pour vérifier si leur “demande” a été exécutée. Vers 17h, de nombreux Tunisiens ayant reçu l’alerte des artistes sont venus les soutenir.

Des salafistes déambulaient dans la galerie avec un air de mécontentement, entre temps les visiteurs suivaient ces hommes pour protéger les œuvres. Des policiers en civil étaient également présents pour surveiller les lieux.

A l’extérieur du palais, des policiers en uniforme veillaient au bon déroulement de la clôture de l’exposition puisque cela devait être la dernière journée de la 10 ème édition du Printemps des arts. Un peu plus loin, un groupe de salafistes faisaient le guet au rond point.

Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, la réaction des internautes est de plus en plus agressive sur la page de l’évènement artistique. On peut y lire : « On va vous exécuter au plus tôt insh’allah, mécrants », « Dans ces temps d’hérésie, dessine ce que tu veux artiste et n’aies pas honte puisque la mécréance est autorisée… », « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et aon messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment (Coran : verset 33 Sourate Al Maidah) »…

“Les salafistes donnent une mauvaise image d’eux, ils crient, ils agressent … Moi je les vois comme ça, c’est pour cela que je les ai peint de la sorte.” nous confia Ismat Ben Moussa, l’un des artistes exposant à la galerie

Ismat Ben Moussa, artiste peintre

Vers 23h les salafistes sont revenus à nouveau au Palais Abdellia. Ils ont crié des slogans contre les artistes en les traitant de mécréants … Entre minuit et minuit et demi ils ont été dispersés par la police qui surveillait les lieux. Mais, vers 1 heure du matin ils ont pu finalement s’infiltrer au palais, ils ont tagué les murs et à l’intérieur ils ont lacéré une dizaine d’ouvres.” Telle a été la déclaration de Jérôme Benoit, l’un des responsables au Palais Abdellia.