L’authenticité, la créativité, l’originalité et l’ambition de présenter la scène hip hop dans sa diversité ont guidé nos choix. Du boom bap à l’electro minimaliste, de Bizerte à Kasserine en passant par Tunis et Sousse, cette sélection se veut le témoin d’une scène hip hop hétéroclite évoluant hors des sentiers battus du courant dominant.

El Banda – 7ouma Houma

Pour leur persistance à rappeler que le rappeur est avant tout un MC, un maître de cérémonie dont la musique ne prend tout son sens qu’en faisant ses preuves sur scène. Pour leur capacité à allier avec subtilité l’âme festive et l’esprit rebelle de la mouvance rap. Pour leur attachement aux valeurs fondatrices de la culture hip hop manifesté à travers leur union et l’intégration d’autres disciplines comme le graffiti de SIM Vand’art et l’artwork de Godzy. Après s’être réunis autour du spectacle El Banda et sillonné les scènes tunisiennes avec leurs répertoires respectifs, Empire, Massi, Vipa et WMD, sous le regard de Trappa à la console, ont commencé à travailler ensemble sur un album studio. La richesse distillée grâce à la diversité de leurs styles, s’exprime dans ce délirant premier morceau dont la version audio est sortie le 28 décembre. L’année a connu la sortie de remarquables tracks de ce collectif tunisois comme Torpedo et Interdit d’Empire ou encore Metfehmin et 9oom de Vipa.

El Banda – 7ouma Houma (Wax Stage / Live Session)

El Banda – 7ouma HoumaLive session // WAX bar à vinylesPerformed by Vipa, Belhassen Empire, Wmd, Massi & Marwen Kekli Empire26112016#ElBanda #Live #7ouma #Houma #DEBO #HipHopTN #Hiphopheads #Realness

Posted by El Banda on Sunday, December 4, 2016

Nordo – Ched 9adrek

Pour son atypique style de chant et la délicate alternance entre rap et mélopées. Pour l’admirable contraste entre sa sensible voix torturée et ses paroles trashs. Pour sa loyauté à la principale source d’inspiration du rap, la rue, et l’incarnation de la street cred par la dynamique de son collectif Gam7. Mis en ligne le 13 décembre, Ched 9adrek de Nordo est le cinquième titre extrait de Hoodna, la nouvelle mixtape de ce crew issu de différents quartiers de la capitale.

Redstar Radi – Souk Okadh

Pour avoir maintenu une productivité en hausse sans lésiner sur la qualité. Pour ses rimes assassines et son sens du groove qui donne de la substance à son flow percussif. Pour sa fidélité à l’underground malgré les tentations du courant dominant. En 2016, Radi Redstar a sorti S.A.L.U.T.E., son neuvième projet discographique. Le rappeur originaire de Sousse a déjà commencé à mettre en ligne des morceaux extraits de Back to the Roots, son nouvel album. Produit par le beatmaker saoudien Bugsy The Puppeteer, Souk Okadh, sorti le 11 novembre, est l’intro de cet album, une ego-trip où le rappeur se réfère à l’historique marché de la Mecque qui fut aussi, il y a 15 siècles, une arène de joutes poétiques.

Ben Hedibi & Gal3i – The Lost Tape

Pour leurs poignants beats taillés au scalpel et leur capacité à démontrer que le boom bap peut défier les temps et les tendances. Pour leur détermination à remettre le beatmaker au centre de la mouvance hip hop et à redonner à cette discipline, marginalisée en Tunisie, ses lettres de noblesse. Pour l’universalité de leur démarche et la richesse du background musical qui la façonne. Les très discrets beatmakers tunisiens Ben Hedibi & Gal3i ont signé le premier beat tape tunisien. Toujours en 2016, Gal3i, fondateur d’Armada Bizerta, s’est illustré par sa collaboration avec Marwan Mrag et Dj Gamra. Quant à Ben Hedibi, il a produit le featuring du rappeur américain Beneficence avec Inspektah Deck, membre des légendaires Wu Tang.

ALPHA – Ghosts

Pour ses audacieux choix musicaux allant du coloré et jazzy Qana’aa au sombre et électro-minimaliste Ghosts, sorti le 02 avril. Pour ses textes crus aux imprévisibles tournures poétiques novatrices. Pour son flow généreux et émancipé des formatages des tendances actuelles. En 2016, ALPHA a sorti deux albums : Lost Souls Paradise – Part 1, paru au printemps et Hkeyet El Achra Lef, mis en ligne cet automne. Avec son acolyte du collectif Insanity E.T, il a planté le drapeau de Kasserine dans la carte du rap tunisien essentiellement occupé, jusqu’ici, par des artistes de Tunis, Bizerte et Sousse.