Par Des citoyens tunisiens,

Le Peuple Tunisien est un peuple que l’histoire a lié à son territoire depuis des millénaires. L’expérience et la richesse de cette histoire se traduit dans sa culture populaire, son organisation sociale et l’importance qu’a pris l’éducation de ses enfants, autant d’éléments essentiels d’une civilisation sans cesse renouvelée et enrichie. Les crises historiques qu’il a plusieurs fois traversées l’ont rendu résistant et capable de rester fidèle à lui-même dans les circonstances les plus éprouvantes.

Aujourd’hui sonne enfin l’heure pour le Peuple Tunisien de réaliser pleinement ce que ses ancêtres avaient tenté de faire aboutir lors de tournants historiques tels le soulèvement mené par Jugurtha, la révolution d’Ali Ben Ghedhahem ou encore l’accès à l’Indépendance : affirmer sa Dignité, conquérir sa Liberté, défendre ses Droits, et prendre ainsi le chemin du Progrès.

Seul un nouveau modèle politique, économique et social peut permettre d’atteindre ce but. Avec lui, la mise en place d’institutions, de nouvelles formes de gouvernance et d’éducation citoyenne protégeront les Tunisiens de la dictature.

La construction de ce nouveau modèle commence par un programme politique. La constitution et les représentants doivent être librement choisis par les Tunisiens. Le recours au référendum transparent et libre pour les décisions politiques majeures du pays doit également s’installer dans la culture politique tunisienne en s’appuyant sur le formidable potentiel de démocratisation qu’offre le vote électronique avec l’utilisation d’outils à large accès tels qu’Internet, le téléphone mobile ou encore les espaces publics numériques. Le succès d’un tel programme dépendra de sa capacité à instaurer une démocratisation réelle de l’acte politique : la Tunisie doit passer de l’ère révolue des dirigeants et des leaders à une ère nouvelle de représentants, simples porte-paroles des Tunisiens, élus pour une mission et un programme et qui resteront soumis au contrôle des citoyens.

Pour être légitime, ce modèle doit enfin inclure dans ses textes fondateurs, en particulier dans sa constitution, les libertés, les droits et les devoirs que le peuple a clamés lors de la révolution de 2011. Au premier rang de ces libertés, on peut citer celles de pensée, d’expression, d’information, de déplacement, d’action (politique, sociale et économique), et de croyance.

Au-delà de ce programme politique se dessinent dès à présent des programmes de développement humains, économiques et sociaux* à l’élaboration desquelles les forces vives de la nation doivent pouvoir contribuer.

Pour mettre en œuvre ces grands desseins, l’émergence d’un conseil national, à la fois consensuel et représentatif, symbole de la résistance à l’oppression, est indispensable. Ce conseil devra dans une très large mesure prendre appui sur les réseaux locaux et nationaux (comités citoyens dans les villes et villages, associations, ordres et syndicats…), afin de concrétiser le principe du pouvoir exercé par le peuple.

Nous proposons dans ce document quelques idées que nous souhaitons voir discutées et enrichies par le plus grand nombre.

Des citoyens tunisiens


Une ébauche des lignes directrices du programme pour discussion

Propositions pour le succès de la révolution en Tunisie

I. Programme Politique

  1. Une défense nationale basée sur le peuple, une armée, et des institutions a caractère stratégique
  2. Une constitution, des lois, des dirigeants librement choisis et des mécanismes adéquats : referendum, vote a la majorité qualifiée.
  3. Une résistance populaire face a tous les risques futurs de despotisme.
  4. Une vigilance constante face aux abus, aux dangers et aux interventions contre les intérêts de la patrie.
  5. Un contrôle populaire du pouvoir exécutif, qu’il soit politique, économique, ou social.
  6. La réduction des inégalités économiques, sociales ou dans le savoir
  7. La libération de la pensée, de la parole, et de l’action
  8. Une Tunisie harmonieusement articulée avec le Maghreb, la Méditerranée et le monde
  9. Une amnistie générale sur les condamnations injustes, les délits effectués avant le 15 janvier 2011 dans les domaines : moral, administratif, fiscal et financier

II. Programme Economique

  1. Confiscation des richesses spoliées
  2. Vivifier les réserves gelées : terres, ressources énergétiques et minières, mer, eaux, capacités humaines
  3. Rapatrier les richesses financières et humaines exilées
  4. Corriger les déséquilibres macro-économiques : taux de change, salaires, fiscalité…
  5. Renforcer le progrès économique de manière diversifiée et équilibrée entre les régions en exploitant toutes les potentialités
  6. Améliorer les revenus de toutes les catégories sociales défavorisées : chômeurs, bas salaires, travailleurs intermittents.
  7. Repartir la fiscalité sur tous les agents économiques avec des taux progressifs
  8. Assurer une harmonisation entre les régions et les individus par une juste et libre circulation des hommes, des capitaux et des marchandises

III. Programme Social

  1. Un habitat populaire et économe
  2. Une sante publique non consumériste
  3. Une éducation nationale généralisée, progressive et durant toute la vie des individus
  4. Une protection sociale juste, partageant les charges et les bénéfices de façon harmonieuse avec un filet pour les faibles et un parapluie pour les forts

IV. Programme Humain

  1. Sanctifier Les Libertés

  2. Octroyer Les Droits

  3. Définir Les Devoirs

  4. Libérer L’action

  5. Mobiliser Le Peuple Et Ces Elites Choisies

  6. Mettre En Valeur Les Symboles

  7. Protéger Les Héros

V. Plateforme Des Libertés, Droits Et Devoirs

Les individus, les groupes et le Peuple ont des libertés, des droits et des devoirs :

  1. les libertés : croyance et foi, conscience, pensée, opinion, circulation, action, expression, information
  2. Les droits : la dignité, la justice, l’éducation, le progrès, le travail, la défense, le développement, le choix des dirigeants
  3. les devoirs : respect de la diversité et de l’autre, l’action pacifique, la solidarité, la charité, la miséricorde.

VI. Plan D’actions

  1. Un conseil national symbole de la résistance a l’oppression, consensuel et représentatif, pour protéger la révolution et en assurer la réussite
  2. Un gouvernement populaire provisoire consensuel et représentatif
  3. des réseaux de vigilance, dans la rue, dans les quartiers, dans le pays, communiquant avec les technologies modernes et agissant quand nécessaire
  4. Une loi d’amnistie approuvée par referendum avec majorité large
  5. Une constitution approuvée par referendum avec une majorité large
  6. Un président choisi par élection avec une majorité qualifiée étendue
  7. Un parlement représentatif (tendances, régions, générations, classes sociales) élu avec une majorité qualifiée
  8. Un gouvernement bénéficiant de la confiance du parlement

Des Citoyens Tunisiens