Mr Abdessalem Jrad : Secrétaire Général de l'UGTT

Par Chedly Ben Salem.

Bilan des grèves : 10 milles emplois perdus, 120 entreprises liquidées !!

Aucun pays au monde ne peut résoudre une crise sociale profonde dans un délai de 6 mois, et surtout pas un gouvernement provisoire. L’UGTT est loin d’ignorer que ces problèmes sociaux et revendications sur le statut salarial, ne peuvent être traités que sur du long terme avec un gouvernement élu. Pourquoi alors inciter les gens à des grèves sans même engager des négociations pour les protéger ? Pourquoi ces manipulations et ce chantage politique en prenant la Tunisie et ses intérêts en otage ? Farhat Hached disait : « la dignité avant le pain », n’avez-vous pas sacrifié et la dignité et le gagne-pain de beaucoup de tunisiens en les illusionnant d’un bénéfice personnel au détriment de celui de la nation ?

L’UGTT a longtemps été noyauté par le RCD, applaudissant le régime de Ben Ali pendant 23 ans et bénéficiant de multiples cadeaux et autres privilèges pour ses responsables. La révolution tunisienne a enfin permis de libérer l’UGTT et la mise à mort politique du RCD, Ô combien fort utile pour la démocratie. Mais cette révolution, peut-elle servir de prétexte à l’UGTT pour devenir un nouveau RCD corrompu ou le bras armé dirigé par ses responsables pour le compte de leurs amis-partis ? Ces mêmes dirigeants qui ont défendu et soutenu Ben Ali contre la révolution du peuple et qui osent maintenant s’autoproclamer les protecteurs de cette révolution !

Le but d’un syndicat n’est-il pas de défendre la classe salariale ? Ou est-ce de la sacrifier pour ses propres intérêts ? Comment un syndicat peut-il se permettre d’alimenter une crise politique, économique et sociale dans le but d’assouvir ses ambitions ?

Le complot politique et les manœuvres politiciennes pour la récupération de la révolution en plongeant le pays dans une crise, sont indignes de l’UGTT de Farhat Hached. Que répondez-vous aux 10 000 salariés qui ont perdu leur travail et qui se sentent trahis? Aimez-vous vraiment le peuple tunisien, ou l’avez-vous vendu pour des enjeux personnels?

Enfin, l’UGTT a-t-il oublié ses principes qui sont d’être unis main dans la main autour de la valeur « travail », et arrive-t-il à comprendre la déception des tunisiens ? N’est-il pas grand temps de faire votre propre révolution en interne et de retrouver vos valeurs et votre crédibilité auprès du peuple ? Le contre-pouvoir d’un syndicalisme fort et pluraliste est primordial pour challenger le gouvernement de l’extérieur, mais en aucun cas pour aspirer au pouvoir lui-même en mettant en péril le pays.

La révolution appartient à tous les tunisiens, soyez donc nos dignes patriotes en travaillant main dans la main pour la Tunisie. Soyez révolutionnaires mais responsables. Rappelez-vous votre peuple, rappelez-vous Farhat Hached.

أحـبّـك يـا شـعـب

أحبك يا شعب تونس الذي امتحنك الدهر و امتحنته فعرف فيك الشجاعة مع الاخلاص و عرف فيك الصبر مع المثابرة
……
أحبك بما اشتمل فيك من خصال تفاخر بها و صفات حميدة ترفع رأسك ، و أحبك لحبك للعمل و اعتصامك بمبادئك المقدسة
……
لقد انقضى ذلك العصر الذي لا يحس التونسي آلام غيره و لا يهمه من أمر الدنيا إلا ما يعود على شخصه بالغنيمة مهما كان مأتاها
……
فأحبك و أخلص لك العمل و إن دمت هكذا متحدا فوالله لن تغلب أبدا

الزّعيم القائد الشّهيد فرحات حشّاد