Bonjour Monsieur,

J’étais désagréablement surpris par votre intervention où vous avez appelé à voter pour 5 partis seulement : vous avez incité à ne pas voter et ne pas s’intéresser aux autres partis lors des prochaines élections de l’assemblée constituante. Je vous écris donc cette lettre pour exprimer mon désarroi. Je vous prie de bien vouloir y répondre pour éclaircir votre déclaration. Pour rappel voici votre intervention :

http://www.youtube.com/watch?v=id62Igrr1PQ

Comment vous permettez-vous de mettre à l’écart les autres partis ? D’où viennent les fondateurs et les sympathisants de ces «autres» partis? Ces «autres» ne sont que nos concitoyens monsieur ! Ces «autres» ont aussi subi la dictature de ZABA, tout comme vous.

1. Vous prétextez qu’il y a des partis « pro-RCD ».

Si vous parliez de partis en particulier, je vous prie de les nommer explicitement. Quels sont ces partis ? Et comment sont-ils affiliés au RCD ?
Répondre clairement à ces deux questions permettra au peuple tunisien de « dégager » les pro-RCD parmi ces autres partis et n’en garder que le «propre». Certes, le danger RCD existe toujours mais
en tant qu’homme politique, vous devez détailler, donner des noms, apporter des preuves et plus important encore éviter les généralités car sinon nous tomberions dans le populisme.

2. Vous prétextez que ces autres partis sont récents et qu’ils doivent faire leurs preuves

Vous vous aidez d’une métaphore en disant qu’un individu préfère aller chez un médecin expérimenté plutôt qu’un « apprenti -médecin» (à 1min26s de la vidéo mentionnée ci-dessus).

Vous qui êtes médecin, vous étiez forcement un jour un « apprenti-médecin », du moins tout au début de votre carrière. Mais je doute fort que vous ayez eu vos premiers patients 10 ans après que vous ayez débuté votre carrière. Vous les avez certainement eus bien avant que les 10 premières années soient passées. Pourquoi ? Parce qu’on vous a laissé faire preuve de vos compétences et surtout aucun autre médecin plus expérimenté n’a empêché ou déconseillé les patients d’aller vous consulter…
On vous a donné votre chance monsieur. Pourquoi voulez-vous confisquer cette chance aux autres ?! Je ne vous comprends pas… Chaque parti doit présenter son programme et son plan d’actions et seules les urnes auront le dernier mot.

3. Vous dites «les «autres » ont besoin de temps (des dizaines d’années) pour constituer un programme et avoir une base populaire»

C’est ainsi que vous justifiez aussi l’exclusion de tous les «autres» partis.
Supposons que cela est vrai (j’ai bien dit supposons). Cela doit s’appliquer au CPR aussi, puisque vous-même vous dites (à 1min20s de la vidéo mentionnée ci-dessus) que «même le CPR, après 10 ans de travail, est toujours à ses début», c’est votre affirmation et pas la mienne. Les tunisiens doivent, en reprenant votre propre raisonnement, «oublier» le CPR pour les prochaines élections puisque vous n’êtes qu’à vos débuts… Par «vous», j’entends ici votre parti politique, le Congrès Pour la République. Quant à vous en personne, je pense sincèrement vous avez déjà fait vos preuves et nul ne peut le nier.

Je conclurai par rappeler qu’on ne peut être à la fois juge et partie. Les juges, ce sont les urnes: le peuple tranchera. Je tiens à préciser aussi que cette lettre n’est nullement une attaque personnelle. Je voudrais seulement relever un point que je trouve, et cela n’engage que moi, absurde et contraire au principe de la pluralité. Vous nous avez habitués à un discours plus cohérent, rassembleur et sans exclusion. Vous m’avez surpris en voulant exclure tous les «autres partis» et en vous imposant en tant que tuteur de tout un peuple, le peuple tunisien qui a pu «dégager» la dictature sans aucun encadrement d’aucun parti politique. Le peuple tunisien est mûr. Laissons le faire son choix sans aucune tutelle.
Je vous prie monsieur d’agréer mes salutations les plus distinguées.

Démocratiquement votre

Mohamed Ben Salem

Un citoyen tunisien