Caricature par Needall Garryani (ERevolution)

Qui a dit que la justice a acquis son indépendance ?

Hier, 20 Juin, a eu lieu, non pas le jugement dernier, mais la mascarade du siècle : 6 heures pour juger 23 ans de vol et de corruption, sans que l’on entre dans les détails et les différentes modalités de ces vols ; modalités qui auraient pu nous révéler les complices sans lesquels Ben Ali n’aurait pas pu dépouiller le pays de cette façon. Mais c’est probablement pour ne pas confondre ces « fameux complices » que notre justice a été aussi expéditive, puisqu’ ils sont encore, d’une manière ou d’une autre, au pouvoir.

En effet, si le ministère de l’intérieur a autorisé plus de 80 parties pour jeter les électeurs tunisiens dans la confusion, et permettre aux dizaines de parties RCDistes de mieux se fondre dans la foule, et revenir au pouvoir, , le ministère de la justice a, lui, établi 93 chefs d’accusation contre Ben Ali, pour satisfaire l’opinion publique et brouiller les pistes, mais surtout pour permettre à l’ex-dictateur de s’en tirer à moindre frais, par faute de preuves ou tout autres vices de procédures ;sinon pourquoi ne pas l’avoir fait venir ?Que signifie juger un assassin pour possession de ruines sans autorisations ?

Au lieu de ces 93 accusations, moi je me serai contenté d’une seule : meurtre prémédité de 300 tunisiens, et là nous avons toutes les preuves requises ; à condition d’avoir ce jugement en premier et dans les règles. Mais le problème est que ce procès-là révèlerait trop de meurtriers complices et de snipers …

Moi, ce que je suggère aux autorités en place, c’est qu’ils poursuivent Ben Ali pour excès de vitesse, ou tout autre infraction routière, tant qu’on y est, puisque ces infractions sont nombreuses et offrent plus de possibilités de manipuler l’opinion publique, de gagner du temps, et qui sait, peut-être même arriver à l’effritement et le désintérêt de cette opinion. Ainsi ce serait plus pratique pour lui permettre de s’en sortir indemne, et de permettre surtout à nos criminels de rester au pouvoir, et de continuer à vendre le pays pour une bouchée de pain …

Si le gouvernement de Gannouchi a laissé assez de temps à Ben Ali, pour lui permettre de planquer l’argent volé des tunisiens, et de venir ensuite nous mentir de façon aussi effrontée, ce gouvernement-ci va probablement lui permettre d’échapper à la justice, non pas par amour pour l’ex-dictateur, mais pour protéger ses complices qui continuent à diriger le pays…