Par Sami Ben Younes,

Nous, Tunisiens, condamnons :

Zine El Abidine Ben Ali, à la peine capitale pour homicide volontaire, haute trahison, abus de pouvoir, expropriation de biens publics et privés, torture, détentions de drogues et d’arme, vols et complicités de vols, corruption, menaces, abandon de l’état, crimes financiers.

Leila Trabelsi, à la peine capitale pour corruption, expropriation de biens publics et prives pour son compte et celui de sa famille, détentions de drogues, vols, complicité de vols, abus de pouvoirs, menaces, haute trahison, volonté de nuire à l’état Tunisien avec la collaboration d’un état étranger, crimes financiers.

Ali Seriati, à la peine capitale pour homicide volontaire, complicité de fuite de l’ancien dictateur, collaboration directe avec l’ancienne dictature, volonté de nuire à l’état Tunisien après la fuite du dictateur.

Rafik Haj Kacem, à la peine capitale, pour homicide volontaire, torture, abus de pouvoir, menaces.

Abdelwahab Abdallah, à 50 ans de prison, pour collaboration directe avec l’ancienne dictature, collaboration au profit de l’ex première dame, implication directe dans l’élaboration du système dictatorial, censure, abus de pouvoir, corruption, vols et complicité de vols.

Abdelaziz Ben Dhia, à 50 ans de prison, pour collaboration directe avec l’ancienne dictature, collaboration au profit de l’ex première dame, implication directe dans l’élaboration du système dictatorial, censure, abus de pouvoir, corruption.

Abdallah Kallel, à 50 ans de prison, pour torture, collaboration directe avec l’ancienne dictature, implication directe dans l’élaboration du système dictatorial, abus de pouvoir.

Ahmed Karoui, à 5 ans de prison avec sursis pour collaboration directe avec l’ancienne dictature, implication directe dans l’élaboration du système dictatorial.

Mohamed Ghanouchi
, à 3 ans de prison avec sursis pour collaboration directe avec l’ancienne dictature.

Imed Trabelsi
, à 40 ans de prison pour tentative de fuite du pays, détention d’armes, trafic de drogue, abus de pouvoir, corruption, expropriation de biens publics et privés, vols, crimes financiers.

Belhassen Trabelsi, à 40 ans de prison pour fuite du pays, détention d’armes, trafic de drogue, abus de pouvoir, corruption, expropriation de biens publics et privés, vols, crimes financiers.

Famille Trabelsi détenue à l’Aouina, à 30 ans de prison pour tentative de fuite du pays, abus de pouvoir, corruption, expropriation de biens publics et privés, vols, détention de devises et de bijoux en grande quantité, crimes financiers

Famille Ben Ali détenue à l’Aouina, à 30 ans de prison pour tentative de fuite du pays, abus de pouvoir, corruption, expropriation de biens publics et privés, vols, détention de devises, trafic de drogue, crimes financiers.

Slim Chiboub, Marouen Mabrouk,Hedi Jileni, Sakher el Materi à 30 ans de prison pour expropriation de biens publics et privés, corruption, vols, abus de pouvoir, crimes financiers.

Mohamed Guediche, à 5 ans de prison avec sursis suivis d’une radiation de l’ordre des médecins pour abus de pouvoir et corruption, collaboration directe dans le coup d’état du 7 novembre 1987

Saida Chtioui,à 10 ans de prison ferme, pour complicité de fuite de Kallel de la Suisse vers la France, abus de pouvoir, collaboration directe avec l’ancienne dictature, défense de l’ancienne dictature à l’étranger, collaboration au profit de l’ex première dame, défense de la censure.

Habib Amar, à 15 ans de prison ferme, pour abus de pouvoir, collaboration directe dans la censure, collaboration directe dans le coup d’état du 7 novembre 1987.

Kamel Morjane, à 5 ans de prison avec sursis, pour collaboration directe avec l’ancienne dictature, abus de pouvoir.

Ali Ganzoui, à 10 ans de prison, pour torture, collaboration directe avec l’ancienne dictature.

Abderahim Zouari, à 5 ans de prison, pour collaboration directe avec l’ancien régime, corruption, expropriation de biens publics et privés, vols.

Mehdi Mlika et Ahmed Mlika, à 20 ans de prison pour abus de pouvoir, corruption, expropriation de biens publics et privés, vols.

Toutes ces condamnations doivent être suivies d’une interdiction de voyage à vie et banni à vie de toute vie politique. Ces condamnations peuvent paraître arbitraires mais ce n’est rien comparé à tout le mal que ces gens ont fait. Pour instaurer une démocratie, il est important que certains anciens dignitaires soient condamnés.