La manifestation du vendredi 16 mars 2012, par la présence de plusieurs dignitaires du parti Ennahdha, a exprimé le souhait de ce parti d’imposer la Charia dans la constitution et pourquoi pas le Khalifat :

On peut penser que ce n’est que de la manœuvre de la part d’Ennahdha (car les autres ne les laissent pas vraiment gouverner non plus, il est vrai) mais est ce qu’ils sont sûrs de maitriser cette situation ? Je n’en suis pas certain, la fuite en avant est parfaitement probable.

ils veulent revenir à la Khilafat Islamiyya : de ce temps là je retiens personnellement que certains de mes arrières-grands -parents étaient mal vêtus, sans écoles pour l’éducation, pas d’infrastructures, pas de routes, une sous-alimentation, les maladies, le sous développement partout en dehors de quelques cités et uniquement pour les notables. Pour finir on a eu la colonisation !!!

Comme le dit Malek ben Nabi (dans vocation de l’Islam), nos grand parents ont mis 40 générations pour penser à mettre un manche au balai traditionnel en regardant leurs mères, leurs sœurs, leur grands-mères balayer accroupies en se tenant le dos de souffrance.

Au lieu de fantasmer sur la grandeur passée ou la magie présente il n y a besoin que d’un peu de partage et d’organisation des solidarités. C’est ce que dit l’Islam d’ailleurs mais nous préférons interpréter l’Islam vers la division, l’intolérance, l’indifférence en commençant par les autres, les plus lointains jusqu’à arriver aux mères, aux sœurs, aux grands-mères.

Espérant qu’on ne mettra pas 40 générations pour accepter tous les Tunisiens comme ils sont et dans leur diversité la plus totale. Espérant qu’on n’imposera pas l’obscurantisme en croyant que par magie ça va résoudre les nouveaux problèmes de notre temps à défaut d’avoir aidé par le passé.

L’effort à s’entendre avec les autres Tunisiens même ceux qui ne croient ni dans l’Islam ni dans la Charia est indispensable. L’intelligence y compris à interpréter le Coran comme nous pensons qu’il est bon pour nous aujourd’hui est nécessaire. La Charia dans la constitution c’est aussi l’exlusion de tous ceux là.

Comment peut-on en arriver là de la part d’Ennahdha avec 20 ans d’exclusion, d’exil et d’ouverture sur les cultures et les réalités diverses du monde ?

Pour le pouvoir, Ennahdha fait le malheureux choix de ben Youssef contre Bourguiba et leurs adversaires les y poussent bien, il est vrai. C’est le choix de la démagogie soi-disant Arabo Islamisante qui plait naïvement au peuple contre les dures réalités du sous développement difficile parfois à entendre et à accepter par ce même peuple. Je précise que c’est un sous développement moral et en conséquence matériel et social preuve en est la nature du choix !!!
Aujourd’hui on ne doit pas rentrer dans les choix démagogiques, on doit partager un avenir réaliste avec tout le monde y compris les Salafistes, y compris les Ultra-modernistes, car la démagogie donnera le même résultat que dans le passé pour ce qu’il en a été de pire.

Le croyant en Islam ne peut pas faire le choix de la démagogie. Il n y a ni musulman ni croyant lors de cette manifestation il y a le sous-développement et notre incapacité à tous à nous entendre.

Ennahdha doit bannir le mot Charia de la constitution car ce n’est ni utile ni bon pour les Tunisiens dans ses termes.
Ennahdha doit choisir la vérité et la franchise envers le peuple même si cette franchise paraît contradictoire avec la foi musulmane. Sans quoi Ennahdha ne fait qu’exciter l’ignorance et ne fait qu’interpréter l’Islam en une idolâtrie mentale morbide en s’attachant à la lettre plus qu’à l’esprit. C’est-à-dire précisément le contraire du message du prophète Mohammed.

Kamel Mahdhaoui