Photo du syndicaliste Adnen Hajji

Photo du syndicaliste Adnen Hajji

Mise à jour :
Le présumé assassin s’appelle Adel Ferjani. Selon le juge Mohamed Khilifi, il a été condamné par le tribunal de première instance de Gafsa le 28 février à deux ans de prison pour simulation de crime. Par ailleurs, M. Ferjani n’avait ni avocat et il n’a subi aucun examen médical pour vérifier s’il souffre d’un quelconque trouble mental.

L’éminent syndicaliste Adnen Hajji, bien connu depuis les évènements du bassin minier en 2008, serait la cible d’un complot visant à l’assassiner. D’après le syndicaliste, le présumé assassin est actuellement détenu à Metlaoui.

Nous avons pris contact avec M. Hajji et il nous a informé qu’hier, [15 février 2013] vers à 9h30 du soir, un homme est venu à Redayef s’informer à son sujet. Voyant qu’il n’était pas du village, un groupe de jeunes l’a interpellé. Ils ont appelé Adnen Haaji et lorsque ce dernier l’a rencontré, il a parlé avec eux. L’homme, âgé de 32 ans, a fini par dire qu’« un complot est en train d’être tissé à l’encontre du syndicaliste ».

« « Certains veulent t’assassiner », m’-a-t-il dit. J’ai voulu savoir par qui il a été envoyé mais et il m’a embrouillé. »

M. Hajji et le groupe de jeunes prennent alors, tard dans la nuit, la décision d’emmener le présumé « assassin en mission » au poste de la garde nationale. Ce dernier nie tout d’un bloc. Il a été libéré mais M. Hajji n’a pas voulu le laisser partir et l’a amené au district de police, là où il a finit par parler.

Le jeune homme, dont le nom reste encore inconnu pour garder le secret de l’enquête, a été conduit au groupe judiciaire de Metlaoui (village à Gafsa) où il a subit un interrogatoire.

Il a avoué au groupe judiciaire de Metlaoui qu’il a été commandité pour m’assassiner. Il s’est avéré également qu’il était là pour préparer son coup. Les commanditaires présumés de cette opération feraient partie du bureau local d’Ennahdha à Gafsa.

Face à ce “scénario”, paraissant un peu trop facile, nous avons demandé à M. Hajji de nous expliquer pourquoi ce jeune homme a été commandité pour une mission difficile et qu’il se fasse quand même prendre de la sorte.

Selon le syndicaliste, le jeune homme leur a dit qu’il a subit beaucoup de pression, qu’on lui a promis de le couvrir, de lui donner une parcelle de terre, de le faire travailler dans un poste public (chantier-Hadhayer) et qu’on allait le faire quitter le pays pour échapper aux poursuites s’il se faisait découvrir.

Il a dit qu’il regrette, nous assure M. Hajji, et que les gens qui l’ont commandité lui ont mis la pression, allant jusqu’à le menacer de le tuer lui-même.

M Hajji a également déclaré que d’après la police, l’homme en question serait un criminel récidiviste qui a été en prison huit fois. Il serait également du village de « Khirra » (entre les villes de Gafsa et de Gabes) .

« la police a découvert qu’il a été commandité aussi contre la grève générale du 13 décembre 2012 pour casser et frapper… » a-t-il ajouté.

Selon M. Hajji, le jeune homme, actuellement en détention à Metlaoui, a donné les noms de ses commanditaires et tous les détails de l’opération de l’assassinat : endroit pour prendre l’argent, l’arme et timing du meurtre.

Il est prévu qu’il soit emmené à Tunis lundi 18 février pour continuer l’enquête avec l’inspection de lutte contre la criminalité.

Ainsi, après le récent ‘assassinat du leader de gauche Chokri Belaïd survenu le 6 février dernier, la peur d’un deuxième plane dans un climat d’insécurité et d’instabilité politique de plus en plus accru en Tunisie.

Affaire à suivre …

Erratum : Le village d’où provient le présumé assassin s’appellerait Belkhir et non Khirra.

A voir aussi :

Tunisie : Adnane Hajji, symbole controversé, toujours en lutte

Vidéo : Adnen Hajji 6 juin 2010