Voir dans toutes les langues

Enquête: Cactus Prod, de l’atermoiement judiciaire à la réconciliation administrative (1/2)

Grâce à Cactus Prod, Belhassen Trabelsi et son associé Sami Fehri ont amassé des millions de dinars issus des caisses de la télévision publique. Saisie après la révolution, elle est restée une « idée » exclusive de son représentant légal précédent Sami Fehri. Jusqu’aujourd’hui, il utilise les studios et le matériel de Cactus pour produire les émissions d’El Hiwar Ettounsi. Depuis les premières plaintes déposées à son encontre en avril 2011, le feuilleton judiciaire, qui dure depuis plus de 6 ans, n’a pas encore connu sa fin. Les pressions politiques n’ont pas été en reste sur ce dossier, aussi bien sous Ennahdha que sous la coalition dirigée par Nidaa Tounes.

Les réseaux benalistes pour la promotion du livre de BCE en France

Ce midi, Beji Caïd Essebsi est l’invité d’honneur d’une rencontre du Cercle des médias, organisée par les mêmes réseaux médiatiques qui faisaient la promotion du système de Ben Ali. Il y parlera de son livre, «Tunisie, la démocratie en terre d’Islam », co-écrit avec la journaliste française Arlette Chabot. Un livre qui réactive le mythe de l’exception tunisienne pour espérer faire revenir les touristes.

Nizar Bahloul prochainement devant la justice

En raison des remous et des réactions suscités par la condamnation par défaut de Nizar Bahloul , je tiens à informer les journalistes et l’opinion publique des derniers développements de cette affaire en prévision de la tenue prochaine des audiences relatives aux deux procès intentés par moi à l’encontre de ce journaliste, le premier en appel le 16/04/2013 et le second en première instance le 23/04/2013 .

Le ministre des Affaires étrangères tunisien en flagrant délit de mensonge?

[…] Pourtant le communiqué que cite l’agence est introuvable sur les supports de diffusion de l’Union européenne… Ni la rubrique du site Internet de l’union qui traite de la question de la PEV, ni le site de la présidence française de l’union, ni le site de la délégation de l’UE en Tunisie, régulièrement mis à jours, ne pipent mot de cette décision. Les médias français non plus ne semblent pas emballés. […]