« Où est ce qu’on va le trouver ce pokémon ? Il y a rien dans ce quartier, on va pas quand même le suivre jusqu’à Oued Ellil, venez, on retourne au café ! », s’exclame un jeune de Béjaoua (gouvernorat de Manouba) dans une vidéo, posté le 15 juillet 2016. En matière de Pokémon comme en matière de développement, la carte de la Tunisie est une carte des inégalités poussées à l’extrême : à part quelques tâches bleues clairsemées sur le littoral, l’arrière-pays et le grand Sud restent désespérément vides pour les joueurs de Pokémon Go.