Crédit photo : Ahmed Zarrouki

L’amour est d’autant plus torride, après les scènes de ménages. Une vérité première qui avait jusqu’ici trouvé sa meilleure illustration dans les rapports entre les dirigeants d’Ennahda et ceux de Qalb Tounes. Les dernières élections présidentielles et législatives ont été précédées d’une campagne féroce et d’une guerre acharnée entre les deux camps. Ennahda qualifiait le parti de Nabil Karoui  de corrompu, l’accusant de pratiques mafieuses, et d’instrumentaliser les couches défavorisées via ses discours populistes. Qalb Tounes, lui, vilipendait Ennahdha, la taxant de parti religieux extrémiste impliqué dans des assassinats politiques, la désignant comme étant à l’origine du terrorisme et de l’envoi de jeunes tunisiens vers les foyers de tension.

Juré craché, il n’y aura pas d’alliance

Avant et après les élections, Qalb Tounes et Ennahdha ont claironné à plusieurs reprises qu’il n’y aurait aucun rapprochement possible entre eux. Ainsi, le parti de Karoui a-t-il exclu toute alliance avec les « frères » et les suppôts du terrorisme.  Le mouvement islamiste lui, jurait sur ce qu’il a de plus sacré qu’il n’y aura aucune entente  avec le représentant des lobbies de la corruption, qualifié de “parti macaroni“. Après les invectives et les insultes, s’est déclenchée une guerre  de dossiers qui s’est terminée avec l’incarcération de Nabil Karoui, le chef de Qalb Tounes, alors qu’il était candidat à la présidentielle.

Au final, cette polarisation extrême aura permis aux deux partis de décrocher des dizaines de sièges au Parlement, en se hissant même aux deux premières places. Et voici qu’Ennahdha fait mine de découvrir que son adversaire est démocratique, allant jusqu’à le blanchir des accusations de corruption et de populisme. De son côté, Karoui découvre en Rached Ghannouchi “une garantie pour la Tunisie démocratique“, un vénérable cheikh au-dessus de tout soupçon, que seul le port d’une cravate rouge sépare du titre de plus grande démocrate de Tunisie.

Comme dans tout mariage, la relation entre Ennahdha et Qalb Tounes a connu à ses débuts des épisodes houleux, principalement lors des péripéties du gouvernement avorté de Habib Jemli. Mais comme dans tout mariage réussi, l’orage s’est vite dissipé, et l’amour a prévalu. Aussi, Ennahdha a-t-elle appelé à cors et à cris l’extension de la ceinture d’Elyes Fakhfakh pour favoriser l’entrée de Qalb Tounes dans le gouvernement. Un scénario défendu becs et ongles, jusqu’à faire tomber ladite ceinture, et accessoirement le gouvernement Fakhfakh. De quoi attiser davantage les feux de l’amour entre le parti de Karoui et celui de Ghannouchi. Et puisque l’union ne se paye pas uniquement de mots, Karoui a juré ses grands dieux que le cheikh ne tombera pas, et que le retrait de confiance ne passera pas. C’est dans ce contexte passionnel que le vote simultanément positif et négatif a été inventé.

L’amour nahdhaoui inspire Al-Karama

L’histoire d’amour entre Karoui et Ghannouchi s’est désormais hissée au rang de mythe à même d’inspirer les générations montantes. Marchant sur les traces de leurs illustres aînés, les dirigeants des blocs parlementaires de Qalb Tounes et d’Al-Karama  ont ainsi amorcé leurs manœuvres de séduction après une hostilité déclarée. Touchés par la grâce de cet amour, le bloc Al-Karama n’est plus le «rejetons des ligues de protection de la révolution», ni le «parechoc d’Ennahdha», tandis que Qalb Tounes ne représente plus au parlement la corruption ni «ceux qui se repaissent des souffrances des pauvres». L’amour et la sérénité peuvent enfin régner entre les deux parties. Les questions susceptibles de semer la discorde sont donc éludées. Et ni le sel ni le pétrole ne pourront plus troubler cette alliance. Pour justifier la nouvelle relation, le chef du bloc de la Coalition Al-Karama se fendra même d’un statut Facebook.

مدحنا التيار والشعب شهورا طويلة من أجل استرجاع بريق الثورة .. فقابلونا بالحُڤرة والتعالي والازدراء .. وتفننوا في وصمنا…

Publiée par ‎الأستاذ سيف الدين مخلوف Seif Eddine Makhlouf‎ sur Samedi 5 septembre 2020

Mais l’alliance naissante entre Qalb Tounes et Al-Karama peut-elle vraiment surprendre l’observateur averti ? Certes, les deux parties ont rivalisé de rhétorique populiste et de déclarations hostiles avant les élections pour grappiller les voix des électeurs penchant d’un côté ou de l’autre. Mais au fond, les deux camps ne divergent guère sur l’essentiel.

Sur le plan économique et social, Qalb Tounes et Al-Karama se rejoignent en préconisant un modèle ultralibéral qui appelle à l’ouverture aux acteurs privés de tous les secteurs publics vitaux tels que la santé, l’éducation et les transports. En outre, les deux parties remettent en cause le rôle social de l’État, notamment en ce qui concerne la caisse de compensation, le soutien aux fonds sociaux et la protection des couches vulnérables (qui représentent le réservoir électoral des deux parties).

Sous prétexte qu’elles connaissent des difficultés, Qalb Tounes comme la coalition Al-Karama, appellent à privatiser des institutions publiques telles que Tunisair, et la Steg. En effet, les deux blocs considèrent que la solution à la crise du secteur étatique est de l’ouvrir aux investissements étrangers (y compris le domaine des médias). Et enfin, le parti de Karoui comme la coalition de Makhlouf ne voient aucune objection à la soumission totale de la Tunisie  aux recommandations du Fonds monétaire international et à ses «réformes douloureuses».

Hostiles à la liberté de la presse

Qalb Tounes et la Coalition Al-Karama se caractérisent également par leur hostilité à la liberté de la presse. A cet égard, ils ont soumis un projet d’amendement du décret 116 relatif à la liberté de communication audiovisuelle. L’amendement en question vise à protéger les médias audiovisuels hors-la-loi, à l’instar des deux chaînes de télévision Nessma et Zitouna et la radio Quran Karim. Ce projet ambitionne d’ouvrir les médias audiovisuels aux investisseurs étrangers en particulier italiens, turcs et qataris, ce que la loi actuelle ne permet pas.
Sur la question féminine, les deux parties s’illustrent également par leur rejet de l’égalité totale entre les femmes et les hommes, en particulier en matière d’héritage. Ainsi, en se fondant sur leurs programmes économiques et sociaux, et leurs positions sur les droits et libertés, on ne peut relever de différence fondamentale entre Qalb Tounes , la Coalition Al-Karama et Ennahdha. En somme, l’alliance paraît à ce stade naturelle et même rationnelle, dans la mesure où elle se base sur des intérêts convergents. Une fois les émotions de la course électorale retombées, le mariage entre Qalb Tounes et Al-Karama parait donc dans l’ordre des choses.

Dans l’avenir, cette histoire d’amour exemplaire pourrait même inspirer d’autres parties. Ennahdha et le Parti Destourien Libre (PDL) ont beau afficher leur inimitié, leurs  thèses économiques et sociales convergent, tout comme leurs positions sur les droits et libertés. Il ne serait donc guère étonnant d’assister après tant d’adversité, à la naissance d’un amour tumultueux entre le PDL de Abir Moussi et le parti de Ghannouchi. L’amour du cheikh ô combien pragmatique, ne saurait guère être exclusif et s’épanouit dans la pluralité.