Il était encore tôt lorsque nous sommes arrivés sur les terres domaniales de Lagsab, dans le gouvernorat de Siliana. Pourtant, ils étaient tous là, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, l’émotion et la colère dans le regard. Depuis le 4 février, soit depuis plus de 40 jours, ils sont jours et nuits installés à une centaine de mètres de la ferme d’Al-Massir, avec pour seule protection une tente bancale. C’est Lassaad Jouini, qui nous accueille, entouré d’une cinquantaine de villageois.