Alain Gresh

Alain Gresh

Journaliste, spécialiste du Proche-Orient, né au Caire en 1948. Alain Gresh était jusqu'en décembre 2005 rédacteur en chef du mensuel Le Monde diplomatique. Il a quitté cette fonction, mais pas la rédaction, en raison de divergences politiques avec la direction du journal.

21 Feb 2007
Les apologistes du régime de Ben Ali continuent de prétendre que celui-ci s’est engagé dans la bonne direction, qu’avec un peu de patience on verra enfin surgir en Afrique du Nord une vraie démocratie. Ces espoirs sont sans cesse démentis par la réalité, comme le rappelle cette dépêche de Reuters du 17 février, qui relate qu’une cour tunisienne a interdit […].
25 Sep 2006
Le régime tunisien dispose, depuis de longues années, de nombreux thuriféraires en France. Le premier est sans aucun doute le président de la République Jacques Chirac – ainsi déclarait-il au cours de sa visite officielle en Tunisie, début décembre 2003 que « le premier des droits de l’homme c’est manger, être soigné, recevoir une éducation et avoir u […].
18 سبتمبر 2005
وعلى غرار الإله الروماني جانوس، فإنّ لبرنارد لويس وجهيْن. فهذا الجامعي البريطاني، المقيم في الولايات المتحدة منذ العام 1964، والخبير المعروف في الشؤون التركية، أصدر العديد من المؤلفات حول العالم الاسلامي. ومن جهة اخرى، هو مثقّف مُلتزم منذ زمن طويل في المعركة السياسية. […].
24 فيفري 2005
“ويسلم الرب إلهك أولئك الأمم بين يديك ويوقع عليهم اضطرابا شديدا حتى يفنوا ، ويدفع ملوكهم إلى يدك فتمحو أسماءهم من تحت السماء فلا يقف أحد بين يديك حتى تفنيهم” . هل يحتوي القرآن على هذه الدعوة إلى الإبادة ؟ كلا ، إنها مقتطفة من العهد القديم (سفر تثنية الاشتراع ، الفصل السابع ، 23 و24) . “الرجل رأس المرأة إن المرأة إن لم تتغطى فليقص شعرها أما الرجل […].
02 Feb 2005
Alors qu’un groupe de juristes et d’acteurs associatifs musulmans doivent bientôt rendre leur travaux sur le projet d’un Observatoire national de l’islamophobie, Alain Gresh revient sur l’utilisation du terme « islamophobie » L’utilisation du mot ” islamophobie ” a suscité un débat légitime, qui mérite approfondissement. Le terme est-il le mieu […].