La grève générale prévue à Redeyef le 16 mars par les sections locales de l’UGTT pour protester contre les coupures d’eau a été annulée suite aux négociations avec les pouvoirs publics. Mais la situation est loin d’être résolue. Derrière le problème des coupures d’eau, les défaillances des organismes publics et la soif insatiable de l’industrie du phosphate, qui empoisonne les habitants et leurs perspectives d’avenir.

Annulation d’une grève générale en réaction aux coupures d’eau

Le 2 mars 2017, pour protester contre les fréquentes interruptions/coupures d’eau à Redeyef, la section régionale de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) de Gafsa, en accord avec la branche locale de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), avait décidé d’organiser une grève générale dans la ville le 16 mars. Cependant, deux jours avant cette date, les sections régionales et locales de l’UGTT de Gafsa et Redeyef ont publié un communiqué déclarant l’annulation de la grève. En effet, suite aux sit-in et aux manifestations organisées devant les bureaux de la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux (SONEDE) et le siège du gouvernorat, les autorités ont enfin appelé à la négociation.