Le taux directeur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) a été relevé de 75 points de base, passant ainsi de 5% à 5,75%. C’est ce qu’a annoncé Marouane Al Abassi, le gouverneur de l’institution financière, lors d’une conférence de presse organisée le 8 mars.

La mesure intervient au terme de la réunion ordinaire du Conseil d’administration de la BCT, tenue le 5 mars. L’objectif étant d’expliquer la portée d’une initiative désapprouvée par de nombreux experts économiques et organisations professionnelles à l’instar de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat.

La BCT a justifié sa mesure par ses efforts visant à contenir le taux d’inflation, qui a progressé de 2% par rapport à l’année précédente, atteignant un niveau record de 7,1% en mars courant, selon l’Institut national des statistiques. Le tout dans un contexte marqué par la dégradation de multiples indicateurs économiques.

Pour le gouverneur de la BCT, l’initiative devrait porter ses fruits à la fin de l’année 2019. Cependant, la même mesure a été à plusieurs reprises adoptée périodiquement depuis 2012, sans pour autant parvenir à juguler la hausse du taux d’inflation. Pis : la hausse du taux directeur est susceptible d’aggraver les problèmes de secteurs économiques en crise depuis plus de 7 ans.

Taux directeur revu à la hausse à 7 reprises en 7 ans

La récente mesure décidée par la BCT afin de faire face à la détérioration du pouvoir d’achat des citoyens, n’est pas une première. Chedly Ayari, le précédent gouverneur de l’institution, a eu six fois recours à la hausse du taux directeur en moins de six ans.

En cette même période, ce taux est ainsi passé de 3,5% à la fin de 2011 à 5,75% en mars 2018. Alors même que le taux d’inflation, estimée à 4,9% en août 2012, a atteint 7,1% en mars 2018.