Mehdi Khodjet El Khil

Analyste indépendant sans aucune appartenance politique. Ma devise: "L'humanité est me famille, la terre est ma patrie", Jobran Khalil Jobran

06 Mar 2013

La seconde partie, éminemment plus technique aborde désormais les mécanismes d’appauvrissement par la dette extérieure sous et après le régime dictatorial de Ben Ali. Il est également question de révéler, outre les responsabilités du despote, de pointer du doigt les créanciers qui se sont outrageusement enrichi sur le compte des tunisien.

26 Feb 2013

Le gouvernement de Beji Caid Essebsi, suivi de celui dominé par Ennahdha ont tous les deux poursuivi inexorablement les crimes de la dictature en matière d’endettement. Ils ont tous les deux ignoré la volonté du peuple tunisien et les objectifs de sa révolution qui lui a été confisquée dans une stratégie de choc sociaal et de contre révolution. Ben Ali en a rêvé, Beji Caid Essebsi et les salafistes d’Ennahda l’ont fait.

27 Feb 2012

Dans ce nouvel article je souhaite poursuivre le raisonnement en confrontant la dette aux revenus de l’état tunisien. En effet, il est raisonnable d’analyser la dette en fonction des capacités de l’état à la rembourser, c’est-à-dire en fonction de ses revenus. L’objectif est donc d’étudier les revenus de l’état tunisien, leur évolution, leur décomposition et enfin d’analyser la dette en pourcentage de ses revenus.

10 Oct 2011

[…] Il faut toutefois se remettre en mémoire que la dette extérieure a été gaspillée dans la torture, la répression du peuple Tunisien, le financement de l’administration du régime dictatorial de Ben Ali, l’enrichissement de cet individu et le culte de sa personnalité, l’obscurantisme, la propagande et la désinformation de masse. […]