Témoignages recueillis par Henda Chennaoui, photos et vidéos par Rabii Gharsalli.

kasserine-terrorisme-victime

Quelques jours avant le deuxième tour de la présidentielle, Kasserine tente de dissiper les sombres nuages qui planent sur Châambi. Les attentats « terroristes » ponctuent les conversations et le quotidien des habitants. Cernée par les Monts les plus redoutés de la Tunisie, la ville semble de plus en plus glauque et isolée. Passés aux oubliettes, ses martyrs et blessés ont été rejoints par de nouvelles victimes. Et l’agitation des élections ne change rien à sa condition de région « pauvre » ni à un traitement médiatique la présentant comme étant le « fief du terrorisme ».

Cité Ezzouhour, en plein centre-ville de Kasserine

Aymen-Aloudepute-front-populaire-kasserine

Hamza Saihi, victime de la “bavure” policière, avec sa femme et sa petite fille de 5 ans devant sa petite baraque en briques rouges à la cité Ezzouhour, Kasserine.

Les ruelles, sans canalisations d’assainissement, débordent de déchets ménagers et industriels. De petites maisons coites et mal entretenues se collent les unes aux autres. Près d’une petite décharge clandestine d’ordures, une petite baraque en briques rouges abrite Hamza Saihi, sa femme et sa fille de 5 ans. En décembre 2012, Hamza a été blessé par une balle tirée par les forces de sécurité communes de la police et de l’armée de Kasserine.

À 8h du matin, je conduisais mon scooter, en direction de l’usine où je travaille. J’avais mis, comme d’habitude, mes écouteurs. J’ai rien vu venir…,se rappelle Hamza.

hamza-saihi-police-kasserine-bavure

Assis sur sa chaise roulante, Hamza, 32 ans, a perdu, à jamais, l’usage de ses jambes après qu’une balle a touché sa colonne vertébrale.

Assis sur sa chaise roulante, Hamza, 32 ans, a perdu, à jamais, l’usage de ses jambes après qu’une balle a touché sa colonne vertébrale. Une opération chirurgicale de quelques centaines de millions – que les autorités refusent de payer – lui est nécessaire.

Sa femme, Ibtissem, enchaine :

Les policiers avaient la possibilité d’éviter le drame. Ils étaient en voiture et lui en scooter. Cela s’est passé à 8h du matin, en plein centre ville! Je ne peux pas admettre que c’est une erreur …

Le jeune couple vit un drame émotionnel et financier. L’handicap du mari a anéanti la famille qui ne peut plus subvenir à ses besoins. « Avoir un autre enfant est devenu impossible ! Depuis des mois, notre vie est un enfer», déplore la femme qui a frappé, en vain, à toutes les portes pour obtenir un dédommagement.

hamza-saihi-police-kasserine-bavure-portrait

Hamza a reçu une balle sur le côté gauche transperçant l’appareil respiratoire et touchant sa colonne vertébrale. Le ministère de l’Intérieur a justifié la bavure : « Hamza n’a pas obtempéré aux sommations et ne s’est pas arrêté, ce qui a provoqué les suspicions des forces sécuritaires », avait affirmé le porte-parole de l’intérieur.

En sortant de chez Hamza, dans la rue, nous croisons l’un des policiers de la patrouille accusée d’avoir tué les deux filles Dalhoumi, Ons et Ahlem, dans, quasiment, les mêmes circonstances que Hamza. Tout en souriant à notre guide, le policier en civil traverse la route pour aller boire un café avec ses amis.

« Deux semaines après la mort des deux filles, il a été innocenté et libéré … Normal ! C’est la vie ! », ironise Rabii, notre guide, avant d’ajouter avec sérieux :

C’est ce sentiment d’injustice à Kasserine qui rend les choses plus compliquées. Les gens, ici, ne s’empêchent pas d’appeler la police « Taghout »* vu qu’ils sont encore victimes de la violence policière. Les Kasserinois pensent que rien n’a changé, surtout la répression et l’impunité de la police.

Cité Ennour, devant le club des familles des martyrs et des blessés.

club-martyrs-kasserine

Autrefois, le batiment servait de local pour la cellule du parti de Ben Ali, le RCD, le Club Des Martyrs de la Révolution est délaissé par les jeunes révolutionnaires qui l’ont crée.

Deux hommes âgés et un jeune tentent de nettoyer le local converti en un lieu symbolique de la révolution, après des années d’usage par la « Chôba » (cellule locale du RCD). Délaissé par les jeunes qui l’ont crée, le club de la révolution reflète, parfaitement, l’état actuel des jeunes « révolutionnaires » qui l’ont confisqué, autrefois, au système. « Les jeunes de la révolution sont désespérés. La marginalisation, le chômage et le déni de ce qu’ils ont accompli les poussent à tout abandonner, même leur « épopée » du 9 janvier », se désole le père d’un martyr qui gère le club.

La déclaration d’Essebsi à propos des électeurs du Sud a crée un tollé. Deux jours après, une centaine de jeunes a fait une marche de protestation, au centre-ville de Kasserine, « contre le retour de l’ancien régime, contre l’oubli et la marginalisation des villes qui ont fait cette révolution », rappelle Ali, un jeune démissionnaire du Front Populaire. « J’ai démissionné à cause du soutien officieux du Front à Béji et à Nidaa Tounes », proteste-t-il.

Aymen-Aloudepute-front-populaire-kasserine

Aymen Aloui, le député du Front populaire, récemment élu à l’Assemblée des Représentants du Peuple.

Dans la rue, on accuse la Ligue de protection de la révolution (LPR), proche d’Ennahdha, d’avoir organisé la marche. Le député du Front populaire, récemment élu à l’Assemblée des Représentants du Peuple, Aymen Aloui, a accusé les « milices de Marzouki » de vouloir semer les troubles dans la « paisible » Kasserine. En off, le jeune élu gauchiste n’hésite pas à afficher son soutien à la candidature de Béji Caid Essebsi. Pour lui, il s’agit « d’instaurer l’ordre et de renforcer l’État. Ennahdha et ses alliés ont montré leur volonté de vider l’État de son sens et de sa force. Ils ont prouvé leur soutien aux extrémistes en montrant une incompétence presque complice face au terrorisme », considère le député.

Au café culturel

centre-international-art-moderne-kasserine-musique-jeunes

Devant le Centre International d’Art Contemporain à Kasserine, des jeunes exhibent leurs talents de musiciens et de chanteurs.

Ambiance conviviale entre des jeunes qui exhibent leurs talents de musiciens, rappeurs, chanteurs et slameurs. Le public est venu assister à un événement commémorant la disparition du martyr Chokri Belaid, organisé par le Front Populaire. Invité, le député Aymen Aloui discute avec les jeunes de son parti à propos des élections et du nouveau parlement. Il reçoit les félicitations des uns et les revendications des autres, tout sourire et patience. Sa proximité avec « Ouled El bled » (les fils de la région) va -t-elle durer ? « Je ne pense pas … il va s’enfermer au Bardo comme ceux qui l’ont précédé. On va lui louer une maison à Carthage et on va, désormais, l’appeler Si Aymen …», ironise son frère, Islam Aloui, jeune gauchiste qui prône son indépendance politique et critique les potentielles alliances douteuses du Front Populaire.

Ici, tout semble suspendu, mis à part la propagande électorale et le trafic clandestin qui calment les ventres creux des Kasserinois. Dans l’attente d’une stabilité politique qui pourrait « régler » les problèmes, les bouches s’abstiennent de revendiquer des droits perdus et une dignité bafouée au nom de la lutte contre le terrorisme.

—–

* « Taghout » : expression utilisée par les salafistes jihadistes pour qualifier la police et l’armée, et signifiant « tyran ».