Peut-être est-ce à un fécond paradoxe que Fathallah Tv doit sa spécificité: bien que prévu par sa réalisatrice Wided Zoghlami le temps d’un été enchanté, le tournage au long cours de ce film ne l’était point. Filmé clandestinement entre 2007 et 2010, puis s’étalant sur une décennie, ce documentaire sur un groupe de rap s’est tramé selon les filmés avant de se réaliser concrètement avec eux, en leur compagnie. La réalisatrice y embrasse, avec recul, son expérience vécue la tête à moitié dans le guidon, comme si rien n’était gagné d’avance avec le film de vacances envisagé au départ, devenu chemin faisant un geste de transition vers lequel le tournage aura tendu les bras.