Le 30 juin 2017 est la date butoir donnée par les habitants de Gabès au Groupe chimique tunisien pour cesser de rejeter le phosphogypse dans la mer. Avec le soutien des associations et collectifs locaux, les habitants prévoient d’organiser une grève générale, menacent de bloquer eux-mêmes le déversement, de fermer tout le complexe industriel, comme ils l’ont fait en 2013. Après 45 ans de pollution, les revendications se radicalisent. Aujourd’hui, les Gabèsiens ne demandent pas seulement la diminution de la pollution, mais la fermeture progressive, voire immédiate, du groupe chimique.

Face à la mer, à 200 mètres du groupe chimique, nous sommes à Chott Essalam. Les vagues d’un marron foncé s’échouent sur le sable radioactif constitué en partie de résidus de phosphogypse. « On l’appelle la mer chocolat ! », s’exclame avec ironie Mohamed Aoun, 40 ans, professeur universitaire. « Si vous passez par malchance par ici, vous devrez en rentrant frotter vos vêtements, votre peau et vos cheveux très prudemment car vous risquez de transporter avec vous des particules radioactives qui colleront pendant plus jours. C’est ainsi que les gens peuvent attraper des maladies graves comme le cancer », explique Mohamed, le ton grave. Les habitants de Chott Essalam, sont obligés de longer la plage toxique pour rejoindre la ville. Ils sont exposés quotidiennement à la radioactivité ce qui pourrait être à l’origine des maladies diverses dont ils se disent massivement victimes.