Moncef Marzouki et Rached Ghannouchi

Depuis quelques semaines et dans certaines chaînes de télévision tunisiennes, nous nous apercevons que M. Marzouki défend bec et ongle le parti al Nahdha et évoque des incidents qui ont eu lieu dernièrement en Tunisie à l’instar de la fermeture de bars, des manifestations, des slogans, etc, en disant que ce sont des « salafistes » qui étaient à l’origines de ces faits.

Bien avant ces incidents, en voulant faire un discours à al Qasba, il a été contraint de quitter les lieux suite à une avalanche de pierres et de cailloux et nous avions appris que des « islamistes » étaient derrière ces troubles.

On sait que M. Marzouki a été, tout au début de son retour en Tunisie taxé d’athéisme (kafer, molhid) quand il avait dit que la place de la religion est exclusivement la mosquée. Il s’en est défendu et s’est définit comme étant un laïc et a expliqué à maintes reprises le terme de laïcité au public, en l’occurrence, les téléspectateurs.

De son côté, le Parti al Nahdha a fait des efforts pour expliquer ses principes aux Tunisiens et parler de son programme, loin d’une image négative qui l’a longtemps poursuivi.

Aujourd’hui M. Marzouki nous surprend par sa défense du parti al Nahdha. Il était bien placé pour être à la tête d’un parti puissant, car beaucoup de tunisiens se voient dans le CPR et ses idées et ils ont été surpris par un chef de parti devenu plus nahdhaouiste que al Nahdha.

Cependant, il ne s’agit pas là de critiquer, ni d’écarter ce parti qui a parfaitement le droit d’exister et de défendre ses intérêts, mais certains trouvent cette alliance qui a manifestement un but électoral, une alliance contre nature. En effet, elle pourrait être contre-productive pour M. Marzouki et son parti car un parti doit se forger lui-même une personnalité et non pas chercher ici et là des « affinités » d’apparence et de conjoncture.

Peut-être M. Marzouki a-t-il une vision à long terme en ce qui concerne les élections présidentielles, une question de calcul/tactique politique. Mais il a peut-être oublié les élections qui auront lieu très bientôt et qui sont d’une importance capitale pour tout le monde.

Ne voulant être ni partial ni pessimiste, on pourrait craindre de voir comme résultat à cela le peuple tunisien divisé entre AVEC ou CONTRE al Nahdha, et M. Marzouki pourrait se retrouver pénalisé par les partisans de al Nahdha car il voteront tout simplement al Nahdha et par les autres car ils pourraient voir en lui l’allié de ce parti.

Dans ces conditions, un scénario pourrait avoir lieu : M. Marzouki pourrait se retrouver à la tête d’un tout petit parti comme des dizaines de partis créés après le 14 janvier.